Tao The King 2

Une grosse voiture une grosse piscine une grosse maison ne te donneront pas une grosse bite

 

Pas un seul jour sans
Qu’il ne se passe un jour

 

La nature trace les chemins nécessaires que l’homme empruntera librement

 

En lisant ce texte je t’injecte un démon par les yeux. 
En lisant la suite je transforme ce démon en hippopotame. 
Tu as un hippopotame  maintenant dans l’œil. 

 

On se baigne toujours une fois dans le même fleuve

 

La maison en pierre est la plus solide contre le méchant loup. D’un autre côté si le petit cochon à la maison de paille se déguise en louve ultra-cochonne, le méchant loup cherchera la reproduction plutôt que la bouffe. Par un dispositif de haute technologie, l’anus du petit cochon sera directement relié au vagin du déguisement de louve. Le déguisement sera rembourré à la laine, doux comme du pollen. La gueule sera elle pourvue d’une langue mécanisée pour rouler des pelles au grand méchant loup. Ils n’auront pas d’enfant mais vivrons heureux. C’est le prix à payer pour sauver sa peau rose quand on n’est pas foutu de faire une maison en pierre.

 

Le 7ième ciel, c’est six pieds sous terre

 

L’univers en extension est une tique qui se gorge sur la peau du temps

 

Un battement de gland de gnou en Afrique
Engendre
Une convention de glandu du bulbe climatosceptique à miami

 

Si tu n’as pas la preuve empirique de ta mort alors tu es immortel

 

Une coccinelle sur un arbre sera toujours plus rouge qu’un lézard sur un steak

 

La force des êtres humains c’est l’engloutissement et l’agglutinement

 

Les étoiles sont tout même minuscules

 

L’être, en se curant le nez, a créé les araignées

 

La lune est un ossement de soleil

 

La chair de l’être c’est l’obscurité, la putréfaction de l’être c’est la lumière, l’œil la sensation à fleur de peau.

 

Si t’as un creux mange un songe-creux

 

Le devenir gras. le besoin d’avoir un bide. l’humanité encaisse sa graisse après des siècles de famine de guerre de peste c’est l’instinct du phoque qui n’oublie pas le règne périodique de l’hiver

 

Le ruisseau ne s’écoule pas entre les rochers, ce sont les rochers qui lui pince les fesses, gourmands d’amour minéral

 

L’être se déploie en liquide à chaque instant, milliards de litres de sueurs, de sperme, de matière fécale, de glycine, de larmes.

 

Les idées sont des œufs de grenouille, elles commencent floues dans une miction gélatineuse avant de se développer en corps plus sveltes et sportifs. Puis elles finissent indistincte dans la vase idéologique

 

La peste bucolique c’est quand tes pustules sont roses et sentent la fraise

 

Dans un autre univers on élève des vagins pour les fêtes de Noël et on lèche des huîtres

 

De l’œuf ou la poule on sait en tout cas qu’ils finiront en omelette et en rôti, peu importe dans quel ordre

 

Si des extraterrestres venaient sur terre prendre l’apparence de chaque être humain, le monde serait toujours le même 

 

Tu peux apercevoir parfois l’être sous forme de chien errant, poils chiffonnés, peau fumée, odeur fécale,
odeur d’asperge en bocal, odeur de pissenlit, traînant une langue huileuse, des nuées de puces déshydratées, le ventre à fleur des côtes. Il fait le beau.

 

Dans l’ombre se cachent les plus basses lumières des plus hauts vertiges

 

La nuit l’être dénoyaute ses grosses mamelles de songes grumeleux et chaque dormant tète le lait gras comme un gros bébé

 

Le monde est fait
D’énergies
Qui t’aspirent comme
des petits boas
Ou te recrachent comme des gros lamas

 

D’un implant synthétique au niveau de la plante des pieds jaillira des racines de chair qui se goinfreront de matières siliceuses par porosité

 

Un œil modulé dans des bassins génétiques perfectionnés permettra au greffé de lire l’avenir dans des os de druide

 

Quand il n’y aura plus d’eau sur terre il faudra boire du sang

 

Mélangé organiquement à l’appareil digestif du lapin, notre estomac assimilera les crottes de lapin

 

On peut accueillir tous les fils de fer barbelés du monde

 

Dans ma bière j’entends la petite sirène

Le lac est électromagnétique

cruauté et boîte de pastels

 

Si tes espoirs tombent en miettes
Alors nourris des miettes d’espoir

 

en grattant la nuit on n’a jamais moins de nuit

on l’a plus profonde

 

Fous en l’air ta liberté – arbitraire dirait Hegel –

mais t’en as arbitrairement rien à foutre

de la gueule d’Hegel non ?

 

Mangez vos doigts les ongles repousseront

 

Traverser une rivière ou un océan c’est kif-kif,

ça dépend de ta taille.

 

Un scorpion demande à une grenouille de le transporter de l’autre côté de la rivière. Effrayée par sa queue empoisonnée, la grenouille finit par accepter, pensant que si le scorpion la pique, il se noie lui aussi. Mais au milieu de la rivière, le scorpion pique la grenouille. Mais au milieu de la rivière, il ne se passe rien. “merci pour l’aide !” dit le scorpion “de rien” dit la grenouille disent-ils en se quittant sur l’autre berge. 

 

Un papillon rêve qu’il est un éléphant en forme de papillon

 

Le voyage d’Ulysse peut se faire de la salle à manger à la chambre avec un peu d’imagination

 

Les loups-garous n’existent pas sur terre. Mais si je dis qu’ils n’existent sur aucune planète existante, peut-on dire qu’ils existent sur une planète inexistante ?