Poème d’Orléans

à Orléans
à la télé un mec plante
de grosses piscines pour des texans
parce qu’ils veulent se détendre
le soir en rentrant chez eux
boire des martinis
niquer dans le spa à 6 jets
nager avec les crapauds morts
qui ont dans l’estomac des papillons noyés

à Orléans
y’a pas de crocodile
mais y’a des jolies filles
qui tombent à l’eau
comme des gouttes de pluie
et s’effacent
un requin géant rôde
il avale les chinois velus
et leur sorbet à la fraise
il y a même des panneaux
CHINOIS VELUS
ATTENTION AU REQUIN
mais personne n’y prête attention
et les chinois velus continuent de disparaître

à Orléans
le mec des piscines dit qu’il y a tout un tas d’options
pour le plâtre
tout un tas d’options pour le revêtement
la couleur
un tas d’options pour la terrasse immergée
et il dispose des torches au gaz
sur le rebord de l’eau
et il brise les rochers
retranchés comme des taupes
avec son pote qui possède une foreuse énorme
il veut être le roi des rochers le roi des piscines
le roi des chutes du Niagara

à Orléans
il ne se passe rien
qui ne soit plus croustillant
que mes frites molles
achetées dans un kebab plus sale que la nuit noire
où le vendeur n’avait pas de sauce andalouse
mais que des gouttes de sueur
une odeur de béchamel et d’oignons
une plaque de grillade plus cancérigène que le cœur d’Hitler
et les toilettes ressemblaient
à une maladie

à Orléans
Le mec des piscines dit qu’il a dégoté
quelqu’un qui se spécialise
depuis des années
dans les pirates robots
les squelettes qui ramènent leur danse macabre
et qui gardent des trésors qui ne valent pas un clou

à Orléans
la Loire brosse les dents
des nuages
et emporte
des miettes coincées entre les ailes des oiseaux

à Orléans
la meuf des piscines veut pouvoir passer derrière la cascade
comme à Hawaï
où elle a peut-être rencontré le démon
de derrière les cascades
qui lui a promis monts-et-merveilles

à Orléans
Jeanne d’Arc
est bonne
sur son cheval
on dirait une actrice porno
productrice de gonzo à gogo
performant
en un soir d’été
tiède comme l’intérieur d’un anorak
90 tète à queue
et du coup toute la ville lui a dressée cette magnifique statue d’hommage universel
pour service rendue à la nation

à Orléans
la nuit d’hôtel est plus chaude
qu’un museau de veau
on a l’impression d’être englué dans un rhume
et ma langue n’est plus qu’une tourbe de bière tiède
ressassée
alors j’irais bien au Texas
squatter leur piscine fabuleuse
mélanome turquoise d’un monde

qui essuie son front blême

no responses for Poème d’Orléans

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *