Grand concours pour mes followers je réalise TON RÊVE

Salut contacte-moi par MP ! Aujourd’hui je vais réaliser le rêve d’un follower si tu veux être milliardaire par exemple ou si tu veux être multi-milliardaire ou encore pluri-milliardaire et même inter-pluri-milliardaire contacte-moi ton rêve va peut-être se réaliser sous tes yeux ébahis comme des punaises de lit ! tu auras la chance de pouvoir être sans doute sélectionné comme grand gagnant par l’intelligence artificielle de mon jeu qui fera le trie parmi les nombreux rêves parce qu’on accepte pas tous les rêves non plus les rêves de néo-nazis ne sont pas les bienvenus ainsi que les rêves de nécrophile nous ne voulons pas réaliser le rêve d’un nécrophile beurk faut pas déconner c’est dégueulasse et encore moins réaliser le rêve d’un nécrophile nazi et pareil pour les rêves pas terribles les rêves qui ne vendent pas du rêve qui ne font pas rêver comme par exemple j’aimerais être conducteur de grue ou chauffeur de bétonneuse ou travailler dans une chaîne de production de mise en boîte d’huitres lyophilisées on réalise pas ces rêves-là déso et pareil on ne peut pas ressusciter les morts alors si tu veux revoir Daniel Balavoine ou Richard Wagner c’est pas possible non plus c’est contre nature on est pas dans un film de zombies atroces où des familles entières se font ingurgiter, de la même manière que les rêves de vivre éternellement on pratique pas on laisse de côté y’a quelque chose qui cloche dans ce rêve parce qu’au final tu vas t’ennuyer si ça tombe dans 500 ans c’est plus un rêve mais un cauchemar de voir mourir tous ses proches et ses stars préférées comme Aya Nakamura et puis aussi pour terminer on trempe pas le moindre orteil dans la fin du monde ou la disparition des hommes pour laisser place aux animaux et aux fleurs aux brins d’herbe tout ça c’est pas notre business de rêve de souhaiter la fin du monde alors pas la peine de participer avec des idées chelous comme ça bisous tendres comme des fraises

Parution de la compil Emmanuel Makroud (ni oubli ni pardon)

En tant que chanteur qui chante faux et musicien ne jouant d’aucun instrument, je me devais de participer à cette bienheureuse compilation en présence de plein d’autres artistes acidulés, vraiment de quoi houler le cerveau comme un crocodile gonflable

Lettre du ministère de l’avant-garde poétique

Bonjour ouais c’est pas mal en vrai ! On a tout lu au ministère on est fan de certains poèmes vraiment pas mal vraiment du poème qui clashe qui rentre dans le lard ! Mais ça ne suffit pas pour nos critères on veut dire d’un point de vue de l’ensemble, oui parce qu’un recueil c’est un tout, on aimerait au ministère que ce soit plus punchy globalement un peu plus rentre-dedans encore casse-gueule ouais pour le dire franchement on aimerait que ça envoie des patates quoi que ça défonce du gras, que ce soit plus frais aussi ouais plus givré, dans le fond comme on vous l’a dit on a bien aimé au ministère ça annonce clairement des possibilités de progrès immense une marge progressible comme on dit y’a des points positifs ça sonne hyper juste ça touche là où ça racle, comment dire y’a quelque chose de l’ordre de l’impact franche mais pas assez appuyé, du tabassage en règle des règles mais sans mesure, si on peut dire comme ça les choses à la crue à la sanguine c’est vrai que ça décolle au début on a l’impression d’être dans une soucoupe volante à la vertical hop direction un gros uppercut à Saturne en vrai au départ ça balance clairement du lourd mais après ça redescend trop vite je sais pas si vous voyez ce qu’on veut dire au ministère il faudrait que ce soit plus pétage de plomb claquage de boulon, on va prendre un texte au hasard pour l’exemple, prenons votre texte sur les CRS avec ce vers (il nous a beaucoup plu et agréablement surpris) Les CRS faut les tenir en laisse et leur claquer les fesses comme des archiduchesses aux chaussettes sèches, en soit c’est assez transgressif on est d’accord là-dessus au ministère encore qu’on a vu pire mais oui ça envoie de la punchline un peu contestataire vaguement anticonformiste.

On a des critères bien entendu pour justifier notre décision de ne pas inscrire votre manuscrit en tant qu’avant-garde poétique, notamment pour ce vers on se base sur une échelle de valeur dont la référence est ce fameux poème perturbateur agitateur animal de X.R à chaque aube je bute un CRS et trempe ma brioche de confiture dans son cadavre fumant des embruns du petits matins, vers qui pour le coup est bien dingue, rentre dedans comme pas deux rebelle comme il faut, un hit de ouf !!! révolté voilà on aime utiliser ce terme au ministère oui c’est clair révoltez-vous les poètes ! sous forme de performances vidéos ou même des happenings allez au boulot transgressez transgressez et transgressez toujours plus haut faut que ça match donc on vous encourage forcément à persévérer dans cette habitude que vous avez de protester à travers vos poèmes nous on aime bien ça, c’est parmi les missions de notre ministère de vous encourager à toujours transgresser plus, allez plus loin dans le factieux, d’ailleurs ci-joint à ce courrier un document on l’appelle en interne le how to du révolutionnaire ça vous aidera à vous exprimer correctement pour remplir les conditions de l’obtention du grade de poète avant-garde que nous décernons chaque année à une brochette d’écrivains pour le coup vraiment tendance et contre le système.

Allez, bonne barricade de mots comme on dit au ministère,
Le ministère aux relations poétiques.

on peut rien faire

On pourra rien faire
Cherche pas on pourra pas
Même avec toute la bonne volonté du monde
On pourra pas
Vraiment désolé
Vraiment
C’est pas comme le Titanic tu vois le Titanic on a pu sauver quelques gens
Les femmes des riches et les enfants des riches et les riches
D’abord
Mais là pour toi c’est dead on pourra pas
Dans le fond on aimerait bien pouvoir faire quelque chose tu vois
On débarque on fait quelque chose et fin de l’histoire
Basta
C’est dans la poche
Ça semble si facile en vrai
ça a l’air tellement simple
Mais on peut pas
Problème de logistique c’est la logistique le nerf de la guerre le tendon du foutoir le bordel du truc avec une bonne logistique bien planifié ah je dis pas y’aurait moyen pour qu’on y arrive avec une logistique en ordre de marche aux petits oignons prête au combat y’aurait moyen vraiment mais faut pas rêver on l’a pas la logistique on l’a pas
on pourra strictement rien faire
C’est comme ça c’est la vie il faut l’accepter relever la tête et en rire
faut savoir rire de tout hein
et garder la tête haute
rire un cran au-dessus en gros
accepter ce qui nous tombe dessus
sans fuir à chaque fois
sans se débiner sans se défiler sans se défausser
tenir bon coûte que coûte
dans l’immédiat on aurait bien voulu venir et arriver à le faire
t’as l’air triste mais triste ça se voit comme un nez qui coule au milieu de la figure
mais c’est pas comme dans blanche neige où t’es dans une boîte sous-vide avec les 7 nains qui pleurnichent à attendre
que le prince charmant vienne faire son nécrophile
c’est pas la même
là on est dans du concret
dans du direct to live in instant
et on est pas en mesure actuellement de faire suite de donner suite
peut-être tu te dis que c’est de la connerie ce que je raconte
mais libre à toi de te dire ça
ouais libre à toi de penser ce que tu veux franchement
chacun est libre de sa croyance
chacun peut exprimer son opinion se dire que oui on est pas d’accord avec telle ou telle chose mais
par contre on approuve telle ou telle autre chose
ça c’est ta liberté tu en fais ce que tu veux
mais ça changera rien
ouais bah ouais
c’est pas comme si tu regardais la nuit et puis là sur un coup de tête bah tiens les étoiles j’aime pas trop ça les étoiles
ça donne l’air minusculement con alors hop supprime hop corbeille mais non carrément pas
c’est pas comme ça que ça fonctionne dans la vraie vie
on décide pas du jour au lendemain qu’y aura plus de lendemain et on se dit pas le jour même que c’est un autre jour
tiens hop on n’est plus jeudi tiens aujourd’hui c’est mardi allez
du coup c’est clair
pas de doute à avoir là-dessus
on pourra pas le faire
on a d’autres chats à fouetter et des trucs importants
faut pas croire que voilà c’est improvisé
on a fait tout bien
on fait un ordre des priorités
un ordre bien réfléchi
genre on a pas fait ça mega random on a solidement pesé les pour et les contre
on a mis plein de facteurs dans la balance
des tas de datas
rolalala t’imagines même pas
des hyper tas de datas
on a pas eu peur d’approfondir
on a pas eu peur d’aller dans les données les plus profondes
dans les données les plus fécondes
dans les données les plus cellulaires
intra-cellulaires
les moléculaires
les génétiques tout ça
on a creusé creusé
genre plus qu’un croque-mort dans toute sa vie
plus qu’une foreuse hollandaise
plus qu’un vers de terre
on a gratté
toutes les datas les big et les moins big et même les minis bigs les little big
et puis on a tout foutu rolalala on s’est fait plaiz on a tout foutu dans des excel
comme si on mettait le discours de la méthode sur un bout de viande
puis enfin on a priorisé
et c’est mort on pourra rien faire c’est dead
ça nous a pris la tête en vrai
mais bon on peut pas être partout en même temps
c’est comme ça
faut se faire une raison
on pourra rien y faire
autant ne rien en dire en faite
autant n’avoir rien dit

Poème de cheveux

Chez le coiffeur
Il y a des cheveux partout
Des cheveux sans chevelure
Des cheveux perdus sur le carrelage
Noyés sur les sièges en cuir noir
Des cheveux dans les poches de manteaux
Des cheveux dans les robinets
Dans les doigts de l’eau
Des cheveux dans les lumières
Du plafond
des cheveux dans l’électricité
Et de l’électricité dans l’air et donc des cheveux dans l’air
Chez le coiffeur
Des cheveux secs sans chevelure dans le souffle du sèche cheveux
Des cheveux édentés sur le peigne échevelé
Des cheveux dans le shampoing doux
Des cheveux dans la laque
Il y a des lacs de cheveux dans la laque
Chez le coiffeur
Il y a des cheveux dans la bouche
Une bouche engourdie de cheveux
À ras bord
Une touffe de bouche de cheveux à ras bord
Et une langue chevelue
Chez le coiffeur
Il y a des cheveux sur le cœur
Qui protègent de la pluie
Et qui tiennent chauds
Il y a des cheveux dans la radio
Dans les ondes streaming de la radio
Et dans le morceau de Rihanna
il y a des cheveux qui ondoient
Chez le coiffeur
on paye en cheveux liquides
Et on adresse un sourire avec un cheveux coincé entre les dents
Puis on prend un bonbon aux cheveux
Avant de sortir
De chez le coiffeur

gros poème

où est mon summer body ?
ma viande de soleil cuite entre la vie
et la mort
le jour et la nuit
où es-tu ô mon summer body love
mon corps d’été
limpide comme une crème glacée
où sont
mes biscottos craquants comme des cracottes
mes biceps triceps quadriceps quintuceps
heptaseps et septceps
où sont mes nineteen nineteen ceps ?
où j’ai mis mon dernier nerf nerveux ?
mon dernier tendon tendu ?
tous tordus maintenant mes tendons détendus…
où j’ai mis mon pouls impulsif ?
noyé dans mon mou massif ?
où j’ai mis ma veine remontée à bloc ?
et mon cœur centrifuge ?
et mon poumon à pulpe ?
mon œil cogneur
et mon t-shirt moulant ?
où j’ai foutu mon muscle de poème ?

lambda

Les mains derrière les os
Coquelicots dans les jambes
je plie une prairie dans ma poche
Elle est lourde et pleine d’eau
les mini-vaches qui vivent dedans
N’ont plus de ciel
à se mettre sous la dent
Un peau rouge dans ma chair perd des plumes partout
Mais je m’envole pas pour autant
Je reste cloué au sol
A me désenchanter par les trous du nez
La friture du cosmos
La double cuisson de la pluie
Les nuages rôtis
J’ai pris le temps d’écrire ce que je pensais
D’un monde parallèle où j’aurais huit bouches
Pour dire que tout va bien
Huit fois à la fois et m’en convaincre
Parce que là avec une seule je me suis perdu à l’intérieur
Je vois pas trop où je veux en venir
Et je perds le nord
J’aimerais reprendre du poils de la bête
Mais j’ai plus aucun nombril à mâchonner
Pour revenir au point de départ
Au fichier source
C’est en rupture de stock ces choses-là
Depuis l’épidémie
D’impersonnalité
Tout le monde a voulu se prémunir
De n’être plus personne
Alors je fais avec
Je prends mon mal en patience
J’étudie des propositions de vie
posées sur la table
« Devenez un neutrino
C’est rigolo
Pas de frais d’entretien »
« Devenez
Un poulet à huit têtes
Pour picorer huit fois plus vite
Et courrir 7 fois décapité »
« Devenez une pile de sexe à pile »
« Devenez un polymorphe
Pour ressembler à Brad Pitt
Ou Angelina Jolie »
« Devenez une arme de destruction massive
Et déversez vous
Où bon vous semble »
Et je reste indécis
Comme une plante grasse qui voudrait faire du sport

Manifeste AR

Bonjour. Il faut s’expliquer un jour poétiquement sur le monde. J’ai un mal de chien à voir le ciel d’où je me situe, c’est donc que la poésie peut se faire dans un tiroir. Elle peut se pratiquer dans un cube d’un mètre cube. Elle peut se pratiquer en boule, car même recroqueviller on peut voir ses doigts de pieds et composer une ode à ses ongles :

 

ô ongles

tranchez la gorge des chaussettes

et naissez au monde

 

Lire de la poésie peut aussi se faire dans un tiroir, à l’aide d’un livre bien pliable et pas trop épais. On peut le caler dans l’orifice du nombril.  et se nourrir de l’amniotique. La poésie n’occupe pas beaucoup de place elle essaie même d’être un simple point qui troue l’espace-temps pour ouvrir à l’infini de l’éternité. Et vous pouvez très bien prétexter que si la terre explose comme une sauce tomate au micro-onde il n’y aura plus la moindre poésie, un milliard de cailloux broyés n’enlèveront pourtant rien au fait qu’un vers d’Arthur Rimbaud a bel et bien existé. C’est que la matière ne peut pas one shot le temps.

Le flasque. Comme un peu tous tes morceaux de toi-même qui veulent couler. Couler quelque part dans un mouvement rectiligne pas droit uniforme. Le stress est la tentative désespéré de l’esprit à reconquérir l’unité du corps, à retendre le distendu, à remplir le vide. Notre chair est vide et déboîtée. Nos yeux sont les cobayes des nouvelles technologies, des petits mulots qui tètent la semence paroissiale des smartphones. On ne sait plus trop à quoi sert la souffrance. On ne sait plus trop si l’on souffre ou si l’on s’amuse. On ne sait plus trop si notre souffrance est une vraie souffrance. Alors le flasque alors le stress. Le stress c’est comme une pince-à-linge pour remettre à flot les viandes qui s’échouent. Comme des méduses. Errance comme un chien d’apocalypse. On boit notre visage sur les écrans. Les GPS ont annulé les étoiles, le centre de l’orientation reste notre nombril. Notre nombril est un tourbillon, un trou de peau où s’écoule le flasque. On le sent le flasque, il n’a rien à voir avec une fatigue sèche, fruit d’un effort éprouvant. Le flasque est une production de siège ergonomique. D’outils ultra-performants. De mouvements de panique de conf-call en conf-call. On le sent le flasque n’est ni une fatigue ni une mélancolie ni de l’ennui, mais la sensation d’être une brioche sans lendemain, alors on se distrait par les offres technologiques qui produisent notre flasque = cercle vicieux.