Rêve que j’ai pas fait

t’as l’empire glacé de tes
dieux pathétiques
sous la langue
comme un compost gras
un lendemain de cuite feutrée
où t’as trop parlé
prends un avocat
fais-toi beau
propre et impeccable
pour le tribunal correctionnel
VOUS ÊTES ACCUSE d’avoir dit que le président des nations du monde est
une pute cannibale qui s’auto-suce le cul avant de dévorer sa mère comme une chienne tout en chiant sur le visage de sa salope de ministre
qu’avez-vous à répondre à ça ?
Bah…
je m’enfuis
clef des champs
disparition ninja
pyjama de buée
boule puante
ni vu ni connu
go les cimes
voir des fleurs en forme de tresse
bouffer des moucherons dans du jus d’abricot
contempler le circuit court du houblon vers le brasseur et le brasseur vers ma canette
et mon pipi sur la vigne
court-circuiter le court circuit
se servir dans le poitrail des forêts
des sangliers moches
des biches foireuses
des grenouilles bancales
tandis que quelques naïades se tripotent dans la rivière de corail
dévorent des truites étincelantes
comme du bacon grillé
l’une d’elle se transforme en humain de tous les jours
et va au boulot
elle bosse dans l’usine à bonbon
qui sent le porc liquide
à l’orée
c’est dingue ça
les gendarmes me retrouvent
ils se disent que c’est bien le type qui a tué huit greffiers dans sa course
c’est vrai mais j’ai pas fait exprès
le premier greffier est tombé sur sa tête
en reversant tous les autres greffiers sur leurs têtes
j’ai juste bousculé
frôlé
à peine effleuré
ils organisent une grande battue et tous les chasseurs qui votent FN se ramènent
en sac banane
et dans le sac banane une banane pour pas manquer de sucre
et un papier signé du maire avec autorisation de tirer à vue
y’a du plomb dans l’air
alors je demande à la naïade qui bosse au centre de gélatine
de me planquer dans un reflet de flotte une roche souterraine
un trou dans la tourbe
elle refuse
la politique c’est pas sa came
juste patauger dans l’eau fraîche
éclabousser ses copines
boire des oligo-éléments
nettoyer ses seins roses
et graisser des bonbons
ce genre de trucs
mais pas de politique
alors je m’enfonce dans la forêt franchement j’espère
rencontrer un animal magique un totem sacré
un cimetière indien
quelque chose qui peut me tirer de là
me sauver
les balles sifflent et trouent le gruyère de l’air
pas encore ma viande personnelle
mais ils sont pas loin
ils suivent à la trace
avec des chiens qu’y ont la démence
les dents pleines de morceaux pourris d’anciennes proies
alors j’arrive au bord d’une falaise
et y’a un hélicoptère avec le président en personne
qui veut me sniper
une balle explose mon genou
alors je l’insulte d’hémorroïde ambulante
puis je saute dans le vide
et là tout à coup
un immense condor me chope sur ses ailes
et me dépose devant un temple Aztèque
où un type habillé en étoile de mer
m’offre une glace à la fraise
pour la consolation d’exister

Kayak Milky Way kebab

Le mec se pourléchait les yeux

La babine de l’iris

comme une casserole chaude comme un chat qui se dévore chaque matin

je ne sais pas quelle vie il essayait de me faire vivre dans sa tête c’était pas clair une histoire d’étoiles la voie lactée spumeuse il me disait le gras Milky Way stellaire la grande pressurisation cyclopéenne des constellations pour donner naissance à de minuscules points compactés de lueurs il me disait le magnifique Milky Way la fabuleuse rosée du ciel d’été il faisait des grands gestes de maboule et puis il disait descendre en kayak la rivière aux oiseaux la rivière aux ragondins et que son kayak traînait dans le noir quelque part dans le noir velu par là-bas dans l’obscurité duveteuse et mouillé que son kayak mordait les reflets de la lune comme une chair blanche et de la bouche du type sortait sa gorge et de sa gorge bavait son cœur ouvert comme une plaie béante devant toute la terreur sublime qui semblait le brûler de l’intérieur et de l’extérieur devant le brasier totale de sa conscience

kayak milky way kayak milky way il avait que ça dans le gosier à dire à exprimer à faire bruire -tandis que l’herbe mangeait les œufs brouillés des ombres anxieuses -tandis que des macaques froids puisaient sous leurs bras des fruits hypnotiques -tandis qu’un banc en bois pourri s’endeuillait de quelques canettes épluchées -tandis que des moustiques et autres bestioles s’empâtaient dans les marécageux lampadaires

puis je suis allez prendre un kebab au meilleur kebab de la ville et la télévision turque diffusait des infos sur la vie en général au Moyen Orient et la trancheuse à kebab lardait des lamelles grillées dans la sauce brune et mon monde était couronné de salade tomate oignon et des fées andalouses adipeuses drapaient de délices les entrailles fructueuses de ma galette j’avais des oiseaux dans la poitrine des myriades et foultitudes et des truites douces de partout et des raies roses dans la bouche magnétisant mes gencives électriques et puis tout le ciel de dehors est rentré d’un coup dans ma gorge comme dans une lampe magique tout le ciel la voie lactée le milky way son kayak imaginaire le kebab magique le kayak milky way kebab tout s’est enfoui dans ma gorge à couper le souffle comme une sensation à étrangler un rhinocéros bien nourri je pensais pas survivre à tout ce ciel qui se déjette qui s’entasse tourbillonne comme un suçon je pensais pas vivre plus longtemps mais j’avais oublié qu’avec le kebab je gagne une vie.

Manifeste GF

Tant que le cœur y est le reste est tendre, fondant sur la langue, au poil. Sur internet on peut trouver des poètes merveilleux à 10 balles l’exemplaire, mais aussi des promos sur des pompes rétro des années 80 tendance Stranger Thing disco pognon. On a le choix entre des glandus qui ne branlent rien en design et qui épuisent leurs stocks de memes nostalgiques et des poèmes grattés à la truelle dans une déchetterie mondiale jamais vu auparavant. Pitié, empêchez-moi d’être misanthrope, cynique et sarcastique. Juste foudroyant.

De l’empêchement de devenir un gros con de misanthrope.

C’est trop con comme posture. Tout n’est pas comparable. On compare pas un steak à un billet d’avion. On compare pas le ciel à un boulon. Alors si les gens se payent des baskets sur-marketés en consommant invitro ce n’est pas une raison pour leur cracher des boulettes de nerfs. Toi-même tu as des new balance, tu les as trouées et laissées dehors alors même les limaces en ont fait leur abri de fortune. Et puis tout le monde n’est pas obligé de lire de la poésie. Okay. Et puis tu généralises. Okay. Prends tes cachets de jours meilleurs et va te coucher intérieurement. Le petit soleil sous les plis de ton pouls, laisse-le s’éteindre dans un bain de sang visqueux d’horizon. Y’a aussi : la poésie est partout. Ouais genre dans une flaque d’eau humide, une touche de clavier usée qui pue les peaux mortes ou encore un sushi propre sur lui qui n’a rien demandé à personne. Et puis la poésie, franchement, pourquoi elle aurait plus de valeur qu’une paire de pompes universelle ? Et puis, enfin, tout de même, la poésie c’est un concept vague, la poésie est dynamisme, rupture, éparpillement, déchirure, expérimentation, y’a plus d’école blablabla blablablou.

On touche du doigt le nexus des morceaux d’os : comparons ce qui est comparable, tout le monde n’est pas obligé de lire de la poésie, ne pas généraliser, la poésie est partout, la poésie est une valeur comme une autre, la poésie c’est une idée vague en cette période d’orgie post-contemporaine. Alors ne deviens pas un vieil aigri avec des idées de poitrine anxieuse.

Tout cette pensée relativiste j’en fais une boulette, je mâche la boulette et avec un tube de bic je crache la mie mouillée sur un plafond contristé. Toute cette humilité fait plaisir à voir. Les écrivains ont gagné historiquement leur autonomie. Le champ poétique est autonome, il est ce que ses acteurs en font. Mais gagner son autonomie historique, ça ne va pas dire se planquer dans un mouchoir. Vaste blague. Oui la poésie vaut plus qu’une paire de baskets parce qu’on le décide, et tout le monde doit lire de la poésie c’est comme ça. Je suis pour une dictature de la poésie. Je suis pour que la poésie coûte 1000 euros de plus qu’une paire de godasses. La poésie n’est pas partout, elle est dans des putains de bouquins écrits avec des putains de mots, et, non, c’est pas une idée vague, on sait tous très bien quand on écrit de la poésie. On le sent c’est pas difficile, comme un petit animal sympa dans la vie des organes amoureux.

Oui tout le monde doit lire de la poésie. Mais si tout le monde lit réellement de la poésie alors on sera dans la merde, c’est certain. Le principe vaut dans son inapplication. Vive les principes dont on ne peut pas foutre grand chose, d’un point de vue de la concrétisation ultime, vive les principes qu’on conserve à l’arrière du front comme une troupe fidèle mais qu’on ne va surtout pas foutre dans la bataille ou alors on risque de la voir s’envoler de la tête sans les pieds. Alors oui, injonction, tout le monde doit lire de la poésie.

Et lire de la poésie c’est pas juste traîner son steak dans des destinations paradisiaques en super promo parce que l’air de Ryan vaut pas un clou. Ouais l’aventure, la découverte, les magnifiques forêts et les déserts gluants, vachement poétique, y’a d’ailleurs une tonne de filtres instagram pour donner du peps à la poésie de la vie du voyage, et une tonne de lieux touristiques fait pour les touristes poètes. La poésie est dans une fleur ? Vous reprendrez bien un peu de courgette au paprika ?

Est-ce qu’un poème vaut une paire de baskets derniers cris ? OUI. la poésie vaut huit billiards de dollars, on détrousse tout Bill Gates pour un alexandrin juteux, la poésie c’est le tonneau des danaïdes de l’auto-tune, la mousson du pognon, la poésie vaut dix huit cotation en bourse de Google et Amazon fait la manche. La poésie fait une OPA sur Google, rachète ces enfoirés et dans chaque recherche si tu ne fais pas une longue traîne correct en vers libres ou n’importe t’obtiens rien qu’opprobre publique et dégoût universel. Un néo-capitalisme despo-poétique, tout en capital sinon ta tête elle valse direction l’espace dans une fusée d’Elon Musk qui s’applique à faire de la versification latine le dimanche après-midi plutôt que de croire qu’il va sauver ses fesses rouges de connard sur la planète rouge.

Grand concours pour mes followers je réalise TON RÊVE

Salut contacte-moi par MP ! Aujourd’hui je vais réaliser le rêve d’un follower si tu veux être milliardaire par exemple ou si tu veux être multi-milliardaire ou encore pluri-milliardaire et même inter-pluri-milliardaire contacte-moi ton rêve va peut-être se réaliser sous tes yeux ébahis comme des punaises de lit ! tu auras la chance de pouvoir être sans doute sélectionné comme grand gagnant par l’intelligence artificielle de mon jeu qui fera le trie parmi les nombreux rêves parce qu’on accepte pas tous les rêves non plus les rêves de néo-nazis ne sont pas les bienvenus ainsi que les rêves de nécrophile nous ne voulons pas réaliser le rêve d’un nécrophile beurk faut pas déconner c’est dégueulasse et encore moins réaliser le rêve d’un nécrophile nazi et pareil pour les rêves pas terribles les rêves qui ne vendent pas du rêve qui ne font pas rêver comme par exemple j’aimerais être conducteur de grue ou chauffeur de bétonneuse ou travailler dans une chaîne de production de mise en boîte d’huitres lyophilisées on réalise pas ces rêves-là déso et pareil on ne peut pas ressusciter les morts alors si tu veux revoir Daniel Balavoine ou Richard Wagner c’est pas possible non plus c’est contre nature on est pas dans un film de zombies atroces où des familles entières se font ingurgiter, de la même manière que les rêves de vivre éternellement on pratique pas on laisse de côté y’a quelque chose qui cloche dans ce rêve parce qu’au final tu vas t’ennuyer si ça tombe dans 500 ans c’est plus un rêve mais un cauchemar de voir mourir tous ses proches et ses stars préférées comme Aya Nakamura et puis aussi pour terminer on trempe pas le moindre orteil dans la fin du monde ou la disparition des hommes pour laisser place aux animaux et aux fleurs aux brins d’herbe tout ça c’est pas notre business de rêve de souhaiter la fin du monde alors pas la peine de participer avec des idées chelous comme ça bisous tendres comme des fraises

Parution de la compil Emmanuel Makroud (ni oubli ni pardon)

En tant que chanteur qui chante faux et musicien ne jouant d’aucun instrument, je me devais de participer à cette bienheureuse compilation en présence de plein d’autres artistes acidulés, vraiment de quoi houler le cerveau comme un crocodile gonflable

Lettre du ministère de l’avant-garde poétique

Bonjour ouais c’est pas mal en vrai ! On a tout lu au ministère on est fan de certains poèmes vraiment pas mal vraiment du poème qui clashe qui rentre dans le lard ! Mais ça ne suffit pas pour nos critères on veut dire d’un point de vue de l’ensemble, oui parce qu’un recueil c’est un tout, on aimerait au ministère que ce soit plus punchy globalement un peu plus rentre-dedans encore casse-gueule ouais pour le dire franchement on aimerait que ça envoie des patates quoi que ça défonce du gras, que ce soit plus frais aussi ouais plus givré, dans le fond comme on vous l’a dit on a bien aimé au ministère ça annonce clairement des possibilités de progrès immense une marge progressible comme on dit y’a des points positifs ça sonne hyper juste ça touche là où ça racle, comment dire y’a quelque chose de l’ordre de l’impact franche mais pas assez appuyé, du tabassage en règle des règles mais sans mesure, si on peut dire comme ça les choses à la crue à la sanguine c’est vrai que ça décolle au début on a l’impression d’être dans une soucoupe volante à la vertical hop direction un gros uppercut à Saturne en vrai au départ ça balance clairement du lourd mais après ça redescend trop vite je sais pas si vous voyez ce qu’on veut dire au ministère il faudrait que ce soit plus pétage de plomb claquage de boulon, on va prendre un texte au hasard pour l’exemple, prenons votre texte sur les CRS avec ce vers (il nous a beaucoup plu et agréablement surpris) Les CRS faut les tenir en laisse et leur claquer les fesses comme des archiduchesses aux chaussettes sèches, en soit c’est assez transgressif on est d’accord là-dessus au ministère encore qu’on a vu pire mais oui ça envoie de la punchline un peu contestataire vaguement anticonformiste.

On a des critères bien entendu pour justifier notre décision de ne pas inscrire votre manuscrit en tant qu’avant-garde poétique, notamment pour ce vers on se base sur une échelle de valeur dont la référence est ce fameux poème perturbateur agitateur animal de X.R à chaque aube je bute un CRS et trempe ma brioche de confiture dans son cadavre fumant des embruns du petits matins, vers qui pour le coup est bien dingue, rentre dedans comme pas deux rebelle comme il faut, un hit de ouf !!! révolté voilà on aime utiliser ce terme au ministère oui c’est clair révoltez-vous les poètes ! sous forme de performances vidéos ou même des happenings allez au boulot transgressez transgressez et transgressez toujours plus haut faut que ça match donc on vous encourage forcément à persévérer dans cette habitude que vous avez de protester à travers vos poèmes nous on aime bien ça, c’est parmi les missions de notre ministère de vous encourager à toujours transgresser plus, allez plus loin dans le factieux, d’ailleurs ci-joint à ce courrier un document on l’appelle en interne le how to du révolutionnaire ça vous aidera à vous exprimer correctement pour remplir les conditions de l’obtention du grade de poète avant-garde que nous décernons chaque année à une brochette d’écrivains pour le coup vraiment tendance et contre le système.

Allez, bonne barricade de mots comme on dit au ministère,
Le ministère aux relations poétiques.

on peut rien faire

On pourra rien faire
Cherche pas on pourra pas
Même avec toute la bonne volonté du monde
On pourra pas
Vraiment désolé
Vraiment
C’est pas comme le Titanic tu vois le Titanic on a pu sauver quelques gens
Les femmes des riches et les enfants des riches et les riches
D’abord
Mais là pour toi c’est dead on pourra pas
Dans le fond on aimerait bien pouvoir faire quelque chose tu vois
On débarque on fait quelque chose et fin de l’histoire
Basta
C’est dans la poche
Ça semble si facile en vrai
ça a l’air tellement simple
Mais on peut pas
Problème de logistique c’est la logistique le nerf de la guerre le tendon du foutoir le bordel du truc avec une bonne logistique bien planifié ah je dis pas y’aurait moyen pour qu’on y arrive avec une logistique en ordre de marche aux petits oignons prête au combat y’aurait moyen vraiment mais faut pas rêver on l’a pas la logistique on l’a pas
on pourra strictement rien faire
C’est comme ça c’est la vie il faut l’accepter relever la tête et en rire
faut savoir rire de tout hein
et garder la tête haute
rire un cran au-dessus en gros
accepter ce qui nous tombe dessus
sans fuir à chaque fois
sans se débiner sans se défiler sans se défausser
tenir bon coûte que coûte
dans l’immédiat on aurait bien voulu venir et arriver à le faire
t’as l’air triste mais triste ça se voit comme un nez qui coule au milieu de la figure
mais c’est pas comme dans blanche neige où t’es dans une boîte sous-vide avec les 7 nains qui pleurnichent à attendre
que le prince charmant vienne faire son nécrophile
c’est pas la même
là on est dans du concret
dans du direct to live in instant
et on est pas en mesure actuellement de faire suite de donner suite
peut-être tu te dis que c’est de la connerie ce que je raconte
mais libre à toi de te dire ça
ouais libre à toi de penser ce que tu veux franchement
chacun est libre de sa croyance
chacun peut exprimer son opinion se dire que oui on est pas d’accord avec telle ou telle chose mais
par contre on approuve telle ou telle autre chose
ça c’est ta liberté tu en fais ce que tu veux
mais ça changera rien
ouais bah ouais
c’est pas comme si tu regardais la nuit et puis là sur un coup de tête bah tiens les étoiles j’aime pas trop ça les étoiles
ça donne l’air minusculement con alors hop supprime hop corbeille mais non carrément pas
c’est pas comme ça que ça fonctionne dans la vraie vie
on décide pas du jour au lendemain qu’y aura plus de lendemain et on se dit pas le jour même que c’est un autre jour
tiens hop on n’est plus jeudi tiens aujourd’hui c’est mardi allez
du coup c’est clair
pas de doute à avoir là-dessus
on pourra pas le faire
on a d’autres chats à fouetter et des trucs importants
faut pas croire que voilà c’est improvisé
on a fait tout bien
on fait un ordre des priorités
un ordre bien réfléchi
genre on a pas fait ça mega random on a solidement pesé les pour et les contre
on a mis plein de facteurs dans la balance
des tas de datas
rolalala t’imagines même pas
des hyper tas de datas
on a pas eu peur d’approfondir
on a pas eu peur d’aller dans les données les plus profondes
dans les données les plus fécondes
dans les données les plus cellulaires
intra-cellulaires
les moléculaires
les génétiques tout ça
on a creusé creusé
genre plus qu’un croque-mort dans toute sa vie
plus qu’une foreuse hollandaise
plus qu’un vers de terre
on a gratté
toutes les datas les big et les moins big et même les minis bigs les little big
et puis on a tout foutu rolalala on s’est fait plaiz on a tout foutu dans des excel
comme si on mettait le discours de la méthode sur un bout de viande
puis enfin on a priorisé
et c’est mort on pourra rien faire c’est dead
ça nous a pris la tête en vrai
mais bon on peut pas être partout en même temps
c’est comme ça
faut se faire une raison
on pourra rien y faire
autant ne rien en dire en faite
autant n’avoir rien dit

Poème de cheveux

Chez le coiffeur
Il y a des cheveux partout
Des cheveux sans chevelure
Des cheveux perdus sur le carrelage
Noyés sur les sièges en cuir noir
Des cheveux dans les poches de manteaux
Des cheveux dans les robinets
Dans les doigts de l’eau
Des cheveux dans les lumières
Du plafond
des cheveux dans l’électricité
Et de l’électricité dans l’air et donc des cheveux dans l’air
Chez le coiffeur
Des cheveux secs sans chevelure dans le souffle du sèche cheveux
Des cheveux édentés sur le peigne échevelé
Des cheveux dans le shampoing doux
Des cheveux dans la laque
Il y a des lacs de cheveux dans la laque
Chez le coiffeur
Il y a des cheveux dans la bouche
Une bouche engourdie de cheveux
À ras bord
Une touffe de bouche de cheveux à ras bord
Et une langue chevelue
Chez le coiffeur
Il y a des cheveux sur le cœur
Qui protègent de la pluie
Et qui tiennent chauds
Il y a des cheveux dans la radio
Dans les ondes streaming de la radio
Et dans le morceau de Rihanna
il y a des cheveux qui ondoient
Chez le coiffeur
on paye en cheveux liquides
Et on adresse un sourire avec un cheveux coincé entre les dents
Puis on prend un bonbon aux cheveux
Avant de sortir
De chez le coiffeur